Oui à la suppression des sous-associations

Lors d'une assemblée générale extraordinaire, les membres de viscom ont approuvé la suppression des sous-associations.

94% des votes exprimés étaient en faveur du plan. Cela permettra de simplifier davantage les structures de Viscom et de réduire les coûts d'un montant à six chiffres par an. Dans le même temps, les cotisations des sous-associations seront supprimées. A l'avenir, il y aura un comité régional pour le Tessin et un autre pour la Suisse romande (au sein des structures des associations nationales). La fortune de la section affectée sera versée aux membres de la section ou transférée à une fondation autonome (Suisse romande et Tessin).

Le président de viscom, Thomas Schaffter, est satisfait du vote clair et il assure : " Les événements régionaux continueront à avoir lieu ". Pour Thomas Gsponer, directeur de viscom, il s'agit d'un nouveau jalon après plusieurs réformes structurelles avec la fondation de l'association sœur de viscom, print+communication, et la centralisation de toutes les structures administratives et de formation nationales à Aarau (viscampus). 

Mais ce n'est pas la dernière étape. Thomas Gsponer : "L'association viscom est maintenant là où nous avons toujours voulu qu'elle soit. Responsable de la formation professionnelle initiale et continue et du partenariat social interentreprises avec la CCT. Tout ceci est financé par le Fonds pour la formation professionnelle (BBF), les taxes affectées et la contribution aux frais d'exécution. Tout le reste, c'est-à-dire la politique économique, le lobbying, la communication, les services, les événements, sera géré par l'association print+communication. A cet effet, des groupes de spécialistes doivent être constitués, qui représentent une charnière importante entre les membres et l'organisation associative nationale. Après la prochaine réunion du ZV au début de l'automne, nous devrions avoir les premiers résultats sur la manière dont nous voulons mettre cela en œuvre."